This Just In: Brit + Co x Office Depot accordera 200 bourses à Selfmade!

Blk Girls Green House est une question de croissance, d'activisme et oui, Plant Lady Goals

Si 2020 devait avoir une devise, l'une des plus optimistes pourrait être empruntée à Sœur Mary Corita Kent: «Les fleurs sortent des moments sombres». Cela n'est nulle part plus vrai que dans l'histoire des collaborateurs Kalu Gebreyohannes et J'Maica Roxanne, les audacieux fondateurs de Blk Girls Green House, un nouvel espace pour la verdure, les vibrations paisibles et la construction communautaire à Oakland, en Californie. Nés au milieu de la pandémie, Kalu et J'Maica ont vu une opportunité d'apporter de la beauté dans leur communauté de manière sûre et significative, à un moment où nous avons tous besoin de ressentir une énergie plus naturelle et axée sur la croissance dans nos vies. Leur forme d'activisme est une question de joie, de design, de responsabilisation des artistes et créateurs noirs, de shopping conscient, de stabilité économique dans une période de grande incertitude – il s'agit de se sentir BIEN. Leur devise? "C'est un beau moment pour grandir."

Anjelika Temple ici, co-fondatrice et directrice de la création chez Brit + Co. J'ai été présentée par e-mail à Kalu et J'Maica non pas une, mais trois fois! Je savais que notre conversation serait bonne, une qui me laisserait inspirée, motivée et, oui, ayant besoin de nouvelles plantes;) Je suis honoré de partager leur histoire ici sur Brit + Co ainsi que sur Represent Collaborative, un nouveau site dédié à la narration, à l'activisme et au changement. REP CO est composé de professionnels des médias de longue date qui se sont engagés dans des missions pro bono au service de la création d'une couverture soutenue et de qualité des problèmes et des personnes qui pourraient autrement «cesser de suivre les tendances» au cours des prochains mois. La mission est de diffuser le message, pas de monopoliser le contenu, et je suis ravi de pouvoir diffuser la mission et le parcours créatif de Kalu et J'Maica dans l'édition d'aujourd'hui de Creative Crushin '.

La capture d'écran Zoom désormais classique est devenue la norme pour le cours de cette série;) J'ai hâte de vous connecter avec ces humains brillants dans la vraie vie bientôt. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur Blk Girls Green House et l'amitié qui lui a permis d'exister.

Anj: J'aimerais que chacun de vous partage un peu plus sur vos racines.

J'Maica: J'ai grandi à l'origine sur la côte est dans la région de Washington DC, dans le comté de Prince George, dans le Maryland pour être précis. Ma famille est divisée entre la Californie et la Californie. Ma mère est de Californie, mon père a grandi à DC, et ils se sont rencontrés là-bas, se sont mariés, ont eu des enfants, tout ça. En grandissant, je voulais vraiment être médecin, ce qui ne s'est manifestement pas produit. J'ai travaillé pendant un certain temps dans un organisme à but non lucratif, puis à partir de là, j'ai fait la transition vers l'éducation postsecondaire et la gestion de programmes. J'ai travaillé à l'UC Berkeley pendant un certain temps, puis je suis allé à l'Academy of Art. Et puis j'ai commencé à m'aventurer et à faire mon propre truc.

Kalu: Je suis né en Éthiopie et j'ai grandi à Toronto, au Canada, et j'ai vécu de très nombreux endroits entre les deux. Je suis ici à Oakland depuis huit ans ce mois-ci. J'ai trois enfants: 10, huit et six. J'appelle essentiellement Oakland chez moi. Depuis le jour où j'ai mis les pieds ici, j'ai adoré. J'étais super sceptique au début. Lorsque nous avons décidé de déménager, nous étions à LA. Et je ne pouvais tout simplement pas m'imaginer vivre ici. Je ne savais pas grand-chose à ce sujet, mais une fois que j'ai atterri ici, l'histoire et la façon dont la ville me fait ressentir, ce à quoi elle est liée historiquement pour les Noirs, me parlaient simplement. J'adore ça et j'aime la communauté que j'ai bâtie ici.

Anj: Comment vous êtes-vous rencontrés et connectés?

Kalu: Nous avons beaucoup d'amis communs. Et donc nous nous connaissons depuis une bonne minute. Et puis nous nous sommes retrouvés officiellement en personne par l'intermédiaire de l'un de ces amis communs à la Black Joy Parade ici à Oakland, qui était en fait juste en février dernier. C'est une relation d'amitié et d'affaires vraiment intéressante, car c'était l'une de ces choses qui se connectaient instantanément et se sentaient bien.

Anj: Racontez-nous l'histoire d'origine de Blk Girls Green House. Qu'est-ce qui vous a poussé à ouvrir ce concept store et crèche?

J'Maica: Encore une fois, c'est arrivé très, très vite. Je pense que probablement, "Hé, nous devrions …" jusqu'au jour de l'ouverture a probablement duré environ six semaines. Nous avions tous les deux une idée de ce que nous voulions faire et des défis les plus importants, et dès que nous avons commencé à dire que c'est ce que nous voulions faire, tout s'est littéralement mis en place, une chose après L'autre. Nous avons pu simplement bouger vraiment, très rapidement et y arriver.

Kalu: Ouais. Je veux dire que cela s'est produit à un moment où je me remettais réellement d'une maladie, et je dois toujours continuer en disant non COVID. J'Maica prenait vraiment grand soin de moi et de mes enfants, et comme je commençais à me sentir mieux, nous sommes allés visiter l'une de mes crèches préférées à Oakland. Et c'était juste une très belle énergie. C'était probablement la seule chose pour laquelle j'ai rassemblé mon énergie après avoir été en panne pendant une minute. Auparavant, la plupart de nos conversations portaient sur le design d'intérieur et les plantes. Nous étions enthousiasmés par l'arrivée de chaque feuille de plante et par une nouvelle feuille, et nous parlions simplement des types de plantes que nous avions. Et entre nous deux, nous avons une tonne de plantes. Après avoir visité la crèche, c'était comme: "Hé, est-ce que c'est quelque chose que nous pourrions faire? Et à quel point serait-ce cool d'en avoir une qui se sent vraiment bien pour nous et notre communauté?"

Anj: Décrivez votre mission avec ce nouvel espace. Qu'espérez-vous que les gens vivent lorsqu'ils viennent là-bas? Qu'espérez-vous mettre en avant dans la communauté?

J'Maica: Les plantes et les beaux espaces sont l'une des façons dont nous avons pu trouver la joie et le refuge de tout ce qui se passait dans le monde. Une grande partie de notre idée dans la création de l'espace était de traduire cela vers l'extérieur afin que d'autres personnes puissent en quelque sorte vivre la même expérience. Surtout avec la fermeture de tout, nous avons si peu d'occasions de nous offrir quelque chose. Nous ne pouvons pas socialiser comme nous le faisions auparavant, nous ne pouvons pas sortir et faire des choses que nous faisions avant COVID. Donc, pouvoir créer un espace qui avait l'air vraiment beau et qui se sentait vraiment bien, comme un moyen de canaliser cette énergie et d'offrir en quelque sorte un répit du monde extérieur avec tout ce que nous entendons et tout ce qui se passe avec COVID et aussi des questions autour de la pandémie d'être noir en Amérique.

Kalu: J'Maica et moi avions beaucoup de traumatismes autour de lui. Et nous ne pouvons qu'imaginer le traumatisme que notre communauté subit autour d'elle et la porte autour d'elle. La réalité est que lorsque vous avez l'occasion de vous célébrer, c'est une petite victoire, et j'aimerais appeler notre pépinière une petite victoire. Vous pouvez entrer et ressentir quelque chose. Ce n'est pas seulement ce concept d'entrer dans un espace de vente au détail. Cela évoque un niveau de conscience, de paix et de joie dans notre communauté, et pas seulement pour les Noirs, car je pense que J'Maica et moi pouvons être très transparents en disant que tous ceux qui ont magasiné avec nous n'ont pas été noirs. Et pour ceux qui ne l'ont pas fait, ils sont venus avec un cœur vraiment ouvert et une joie de nous soutenir dans ce que nous faisons en comprenant pourquoi ce que nous faisons est si important. Permettre aux gens d'entrer et de vivre cela et de repartir avec le sentiment de s'être offert une forme de soins personnels, une forme de joie, une forme de paix. Si les gens sont partis en se sentant bien et un peu plus heureux qu'ils ne sont entrés, ou un peu plus épanouis, alors notre espace est magique. Nous en sommes reconnaissants.

Anj: Le mot activiste est devenu un mot chargé en ce moment, avec beaucoup de définitions différentes à mesure que le monde monte et descend. Vous considérez-vous comme des militants? Dites-m'en plus sur la façon dont les questions de justice sociale jouent dans votre travail et votre vie.

J'Maica: Pour moi personnellement, en tant que personne noire, en tant que femme noire dans ce pays, faisant quelque chose qui remet en question les récits et les histoires actuels sur nous qui sont là-bas, et le faisant d'une manière qui est intentionnelle pour moi et pour ma communauté, et pour les gens qui me ressemblent – je pense que c'est dans une certaine mesure du militantisme. Je suis heureux de l'appeler ainsi. Prendre cette position, et encore une fois être vraiment intentionnel sur la façon dont l'espace est organisé, même l'emplacement de l'espace, la façon dont nous voulions que les gens se sentent quand ils entrent dans l'espace, et après leur départ, et le veulent vraiment se sentir comme un espace épanouissant et joyeux pour des personnes qui nous ressemblent. Pour ma définition personnelle, je dirais absolument que l'activisme et les problèmes liés à la justice sociale jouent certainement un rôle dans ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons et pour qui nous le faisons.

Anj: Kalu, que signifie l'activisme pour vous?

Kalu: J'ajouterais que je pense que chaque Noir est contraint à l'activisme, et je pense que les Blancs ont la possibilité d'être militants ou non. Je pense que les Noirs doivent lutter activement pour l'égalité et lutter pour la justice et se battre pour des choses qui ont été traditionnellement données aux Blancs assez facilement. J'essaie donc activement de faire en sorte que mes enfants aient une vie plus facile et meilleure que celle que j'ai en tant que femme noire dans ce pays, et très franchement dans ce monde.

Je crois aussi que parfois sans même l’intention de vouloir être un activiste, nous portons le fardeau de devoir le faire. Notre activisme est très différent. Je pense qu'il y a des militants professionnels, et ce sont ceux qui étudient des faits et des données, et qui sont constamment en première ligne, et puis je pense que c'est une autre forme d'activisme. Mais je reconnais que cela prend différentes formes. Et donc, comme l'a dit J'Maica, notre chemin consiste à responsabiliser les autres artistes et créateurs noirs que nous transportons dans notre magasin, ce qui se traduit par des dollars et une stabilité économique au sein de notre propre communauté, en le faisant dans un quartier comme Martin Luther King Boulevard Way où nous sont situés, le faisant parmi des personnes qui pourraient ne pas avoir accès à ce type de beauté sur une base quotidienne et à ces types de magasins.

Anj: L'activisme et l'esprit d'entreprise sont à la fois exigeants physiquement et émotionnellement – avez-vous des pratiques qui vous aident à rester équilibré et à vous ressourcer? Surtout en pleine pandémie?

J'Maica: Dormez et «ne pas déranger» sur mon téléphone. Et vraiment juste en le prenant au jour le jour. Ayant votre plan en tête au début de la semaine, "D'accord, c'est ce que je vais faire. C'est ainsi que je vais équilibrer la charge de travail, et c'est ainsi que je vais structurer ma journée, et comment je vais faire … »Et puis une chose se produit et cela fait simplement pencher la balance dans une direction complètement différente et tout s'écroule. Je pense donc être vraiment malléable et flexible dans ces situations et nous donner un peu de grâce et un peu d'espace pour simplement dire: "Vous savez quoi? Nous devons déposer ceci pour l'instant. Je reviendrai là-dessus." Ou "Je ne peux pas faire ça maintenant". Remanions le jeu, donnons la priorité à ce qui doit arriver à la fin de la journée aujourd'hui. "Et puis, partez de là. Sinon, tout s'écroulera.

Hier, je pense que j'étais au lit jusqu'à midi. Et c'était juste: "Non. Je n'ai pas besoin d'être nulle part. Je vais rester ici. Je vais me lever, prendre de l'eau, prendre une collation, et je vais juste aller coucher C'est ce dont mon corps a besoin en ce moment. Mon cerveau a besoin de repos. Je vais rester loin de mon téléphone et me donner un peu de temps pour me ressourcer. " Et faire de cela une sorte de priorité. Si je ne suis pas bon pour moi, alors je ne suis bon pour personne d'autre, pour aucun des projets que j'ai en cours, pour aucun des travaux qui doivent être faits. Prenez donc soin de la maison d'abord, puis continuez à partir de là.

Anj: Et Kalu à quoi cela ressemble-t-il pour vous?

Kalu: Honnêtement ces jours-ci, être capable de s'occuper de ma maison – arroser mes plantes, faire la lessive et le nettoyage, ça fait du bien, ça me fait du bien. Je suis, "Ok. Je fais des choses pour moi." Le problème est d'éteindre mon esprit. J'ai vraiment essayé de calmer mes pensées, de calmer mon anxiété. Parce que je n'ai jamais eu ce problème auparavant, et au cours des derniers mois, c'est quelque chose que j'ai simplement dû accepter. "Oh, c'est ce que c'est." J'ai un grand ami qui m'a donné des herbes incroyables pour aider avec cela et cela a été phénoménal. Nous sommes également tous les deux de grands buveurs de thé et nous sommes complètement fous quand nous n'avons pas notre thé. Aucun de nous ne peut consommer de la caféine. Nous buvons donc notre thé le matin, mais quand nous ne le faisons pas, nous l'appelons littéralement. "Je n'ai même pas pris mon thé aujourd'hui." Ou, "Je l'ai apporté et je ne l'ai pas bu." Donc, je réalise ces petites routines pour nous le matin pour nous sentir bien. J'Maica adore s'asseoir sur ses marches avec son thé au soleil, et même quand elle est chez moi, elle veut être sur la terrasse. Je me rends compte qu'il y a de très petites choses que nous pouvons faire qui ajoutent une sensation de détente et de repos.

Anj: Changement de vitesse, quels conseils donneriez-vous aux parvenus créatifs qui tentent de tracer leur chemin et leur espace dans le monde?

J'Maica: Faites-les simplement. Je ne sais pas si COVID ne se produisait pas, si nous nous serions lancés dans cette entreprise. La chronologie de l'idée à l'ouverture était si rapide. Si nous y avions pensé d'une manière différente ou si nous avions eu plus de temps, nous aurions fait plus de recherches et travaillé pour en solidifier tous les aspects avant d'ouvrir. Je pense que l'une des meilleures leçons, du moins pour moi, vient juste d'être en train de se faire. Je suis un apprenant très pratique. Bien sûr, je pourrais m'asseoir et lire le livre ou autre, et apprendre la théorie derrière et tout ça. Ou je pourrais simplement y aller et le faire. Et c'est là que vous apprenez, vous savez ce que je veux dire, l'application théorique par rapport à l'application pratique des choses. Vous prenez ce que vous avez et vous travaillez avec, vous en tirez le meilleur parti, et vous apprenez, et vous itérez, et vous comprenez cette chose, puis vous passez à la chose suivante. Parfois, le luxe du temps et des ressources et toutes ces choses agissent comme un obstacle lorsque vous commencez quelque chose de nouveau, c'est effrayant. C'est incertain. Mais vous ne savez pas vraiment ce que cela peut devenir ou ce que cela peut devenir tant que vous ne faites pas quelque chose de manière active. Alors je dis juste allez-y.

Kalu: J'Maica et moi sommes entrepreneurs depuis près de 13 ans. Alors que ce projet est nouveau et vient juste d'ouvrir, nous avions une grande expérience sur laquelle nous reposer. Je peux reconnaître notre privilège à cet égard. Passer de nombreuses heures à comprendre comment les choses fonctionnent, à comprendre comment les déploiements de médias sociaux fonctionnent pour un lancement, et tout. Nous avons mis sur la table cette expérience qui, je pense, nous a donné l'avantage de pouvoir le faire aussi rapidement que nous l'avons fait, car ce n'est pas un succès du jour au lendemain pour nous. Nous avons littéralement travaillé pendant de nombreuses années, et je veux juste être clair à ce sujet parce que des gens ont pensé que, "Oh mon Dieu, vous venez de proposer cette idée, puis trois semaines plus tard, elle C'était un succès." Mais si nous n'avions pas compris certaines des choses dont nous avions besoin pour en faire un succès, je ne pense pas que nous l'aurions fait. Il aurait été trop facile d'échouer. Faites des recherches, prenez le temps de connaître votre industrie, de la comprendre et d'avoir du courage. Ce n'est pas courageux à moins d'avoir peur.

Anj: Je sais que chacun de vous a également sa propre entreprise. Kalu, dites-nous en plus sur Par Kalu.

Kalu: By Kalu a commencé il y a un peu plus de 10 ans, et ça a commencé juste quand j'ai eu mon fils, et je ne voulais pas porter ces sacs à couches laids, et je travaillais dans l'industrie de la mode, du stylisme et du maquillage à LA. Et alors j'ai pensé: "Je ne vais tout simplement pas porter ces hideux sacs à couches. Ce ne sera pas du tout mon ambiance." J'ai donc commencé à créer mes propres trucs. J'ai fini par me connecter avec cet incroyable créateur de sacs à main qui a fabriqué la première pochette de la princesse Diana, et c'est ce vieil homme qui travaille de ses mains dans les montagnes de la Sierra Madre, donc pas dans un quartier de la mode du centre-ville. Il a fait des prototypes avec moi, adoré mes créations et nous avons travaillé ensemble depuis. En fait, je supprime progressivement les sacs à main et je me concentre sur les bandeaux en soie de luxe. Nos cheveux sont si fragiles, surtout pour les femmes qui ont les cheveux naturels, et je voulais pouvoir utiliser un tissu vraiment bon pour vos cheveux et les protéger. Je suis également partenaire commercial chez Alyce on Grand, une boutique de vêtements pour femmes ici à Oakland, et j'y suis depuis près de six ans.

Anj: J'Maica, dis m'en plus sur The Blacklist.

J'Maica: J'ai commencé The Blacklist il y a presque trois ans, et c'était une autre chose née de l'activisme. J'étais allé à une manifestation au centre-ville d'Oakland pour un tournage de malheureusement je ne me souviens même pas qui, un autre jeune. Je suis rentré à la maison ce jour-là et j'ai eu l'impression que ce n'était pas assez, ce n'était pas suffisant. Cela n'a rien accompli. J'essayais donc de penser à des moyens d'aider qui seraient importants et bénéfiques pour ma communauté, mais qui exploitaient aussi en quelque sorte mes forces et qui j'étais, et des choses qui m'intéressaient. "Comment puis-je apporter une contribution d'une manière qui est vraiment fidèle à qui je suis, mais qui sera également bénéfique pour notre communauté dans son ensemble? " J'ai donc eu l'idée d'une boîte d'abonnement trimestrielle. L'idée est que chaque boîte sera organisée par quelqu'un qui ne représente que la communauté noire, que ce soit à travers les arts, que ce soit à travers le design, que ce soit à travers la musique, quoi que ce soit, les cinq choses principales de cette personne faites par Black. créateurs. C'est un moyen de simplement donner aux vendeurs noirs un moyen de donner leur produit à un public, de pouvoir en apprendre davantage à ce sujet, d'expérimenter de nouveaux produits. Voilà donc l'idée derrière cela.

Anj: Quelles histoires ou personnes aimeriez-vous voir couvertes dans les médias que vous n'avez pas assez vues (ou pas du tout?)

Kalu: La plupart de tout dans ce pays est de très courte durée. Donc, la durée d'attention des gens est comme ça. Et donc, je pense que pour moi, cela doit faire, et c'est peut-être parce que je suis une mère, mais cela a beaucoup à voir avec l'éducation et la façon dont nos systèmes scolaires publics sont. J'aimerais que l'on se concentre davantage sur la façon dont nous pouvons mettre les choses en ordre pour nos enfants, tout simplement en brisant vraiment le système scolaire public en Amérique. Et aussi les écarts entre les écoles publiques dans certains quartiers et zones des villes. L'éducation pour moi est vraiment un droit et ne devrait pas être un privilège, et cela me semble un privilège dans ce pays. COVID a mis en évidence à quel point la disparité existe entre les nantis et les démunis et comment ces enfants sont essentiellement conditionnés à ne pas réussir en raison de la configuration du système. J'adorerais donc voir plus d'histoires à ce sujet.

J'aimerais également que l'on parle davantage du fait que le plomb dans l'eau est toujours un problème majeur, du nombre de personnes qu'il affecte et des quartiers où cela se produit. Il y a de graves problèmes de santé, des déserts alimentaires et des choses qui se produisent dans certaines communautés qui sont mises en évidence pendant une seconde, puis abandonnées.

Nous devons également continuer à reconnaître qu'il existe une pléthore de personnes noires et brunes réussies et incroyables dans cette communauté et ce pays, et que nous devons cesser de donner l'impression qu'il y a une première fois pour chaque accomplissement, et pour que cela commence à se sentir normalisé qu'il y a des gens fonctionnels, intelligents, talentueux, habiles, noirs et bruns dans ce pays. Nous sommes toujours symboliques, et j'aimerais m'éloigner de cela et commencer à donner l'impression que les choses sont égales.

J'Maica: Ouais. Je veux dire que Kalu a littéralement pris les mots de ma bouche. Je pense qu'à un moment donné pour nous deux, nous avons vraiment eu l'impression que c'était presque un peu épuisant de continuer à entendre parler de toutes les premières. Tu sais ce que je veux dire? Comme c'est une sorte de tendance ou quelque chose que nous n'avons pas exploité d'entreprises, nous n'avons pas exploité notre créativité, nous n'avons pas été à la pointe de la mode et de toutes ces industries. J'adorerais vraiment voir le monde plonger vraiment profondément et regarder de plus près ce que les gens qui ont fait, pas les premiers à faire X, Y et Z, mais les gens qui ont fait de l'organisation communautaire, des gens qui 'ont été à la pointe du design et de la mode, des gens qui ont été à la pointe de l'architecture, qui ont été à la pointe de la politique, et tout cela.

Ce n'est pas nouveau simplement parce que quelqu'un a décidé que nous étions tous censés y prêter attention. Je pense vraiment donner du crédit là où le mérite est dû, et honorer et reconnaître les personnes qui ont en quelque sorte jeté les bases de ce que vous pouvez voir maintenant, car notre portée est tellement plus large et nous avons accès à tellement plus d'informations, et à un rythme si rapide, et toutes ces choses. Dire: "Hé, ce n'est pas nouveau. Et voici des personnes, des organisations et toutes ces choses qui jettent les bases de ce que vous faites maintenant, de la manière dont vous êtes en mesure pour faire des affaires, ou la façon dont vous pouvez atteindre les gens, tout cela. " Pour vraiment voir ces choses et ces gens qui ont été à l'avant-garde, plutôt que de simplement choisir des choses comme nous venons de commencer, et une sorte de prise à la hausse ou une nouvelle tendance. Nous avons toujours été là. Nous avons fait le travail, nous avons été créatifs, nous avons été innovants, nous avons été intelligents, nous avons été révolutionnaires. Rien de tout cela n'est nouveau. Je pense donc que porter beaucoup d'attention aux personnes qui nous ont en quelque sorte mis en mouvement est quelque chose que j'aimerais personnellement voir.

Anj: Enfin, nous aimerions terminer avec des étapes d'action et des conseils à retenir pour nos lecteurs.

Kalu: Pour moi, il y a deux organisations. Il y a le Bring the H.E.A.T. initiative qui se concentre essentiellement sur le financement des services de police et des flics racistes, et se concentre vraiment sur le recyclage. Cette initiative est basée dans la région de Bay. Donc je pense que c'est une excellente. Et Masks for the People est une autre grande organisation, et ils fournissent des équipements et des trucs de prévention aux personnes incarcérées, aux personnes vivant dans des zones qui n'ont pas accès au désinfectant pour les mains, aux gants, aux masques, etc.

En termes d'action, les pétitions ont montré qu'elles fonctionnent. Nous voyons collectivement quand nous décidons où placer notre argent et quoi financer, j'ai l'impression que c'est à ce moment-là que les gens s'arrêtent pour écouter et veulent passer à l'action, y compris les grandes entreprises. Restez donc diligent avec cela et sachez que collectivement, nous avons beaucoup plus de pouvoir que je ne pense que les gens se donnent le crédit.

J'Maica: L'organisation qui m'est proche et chère s'appelle le Roberts Family Development Center, et ils sont situés ici à Sacramento, et ils offrent des programmes après l'école et des camps d'été pour les enfants dans les quartiers historiquement défavorisés. S'assurer qu'ils ont un endroit sûr où aller après l'école, qu'ils peuvent avoir de l'aide pour leurs devoirs, qu'ils ont une pléthore d'activités enrichissantes et différentes choses qu'ils peuvent apprendre, que ce soit des gens qui viennent leur parler d'un sujet donné des questions comme le jardinage communautaire.

J'ai déjà travaillé avec eux et je connais personnellement les deux fondateurs, et ils font un travail fantastique. Ils l'ont toujours fait. Et c'est quelque chose que j'aimerais simplement voir beaucoup plus de soutien, surtout pendant ces périodes. L'autre organisation que j'aimerais partager est le concours de bourses Miss Black Sacramento. Ma mère était une ancienne Miss Black Sacramento, et a animé et / ou fait du bénévolat avec le concours en tant que mentor pendant plus de 20 ans.

Et puis en ce qui concerne les actions, je vais simplement imiter ce que Kalu a dit, et dire: mettez votre argent là où votre bouche est. C'est à cela que les gens réagissent le plus, et le plus rapidement, il semble que lorsque les dollars sont menacés, lorsque vos revenus sont remis en question, car c'est à ce moment-là que les supérieurs commencent à se redresser et à faire attention. Être vraiment conscient et intentionnel de l'endroit où vous dépensez votre argent, de la façon dont vous choisissez de soutenir diverses organisations, que ce soit pour des choses personnelles, des choses pour votre maison, des choses pour vos enfants, quoi que ce soit quelque part en cours de route. Il y a une façon de penser à cela pour simplement vous positionner pour le plus grand bien. Ce serait donc aussi mon appel à l'action.

Kalu: Et appelez le BS. C'est à tout le monde d'appeler les racistes, d'appeler les personnes sexistes, d'appeler les misogynes … Tout ce truc du "temps écoulé", j'adore cette déclaration. Nous devons collectivement continuer à dénoncer ceux qui ne fonctionnent pas d'une manière qui soutient l'humanité.

Vous pouvez en savoir plus sur Blk Girls Green House sur Instagram @blkgirls_greenhouse, sur leur site Web et, bien sûr, en leur rendant visite en personne au 3261 Martin Luther King Jr. Way à Oakland, en Californie.

Photographie d'Aubrie Pick pour REP CO.